Forum des Spartans


 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Le roman d'Elijah ( et oui , j'ose le mot roman ! mais soyez indulgent please !!)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Comment trouvez-vous ce roman ?
EXCELLENT !
53%
 53% [ 9 ]
Très Bien
24%
 24% [ 4 ]
Bien
23%
 23% [ 4 ]
Moyen
0%
 0% [ 0 ]
Bof, sans plus
0%
 0% [ 0 ]
Mauvais
0%
 0% [ 0 ]
Total des votes : 17
 

AuteurMessage
Dark Night
Modérateur général
Modérateur général
avatar

Masculin
Nombre de messages : 4235
Age : 43
Localisation : Béziers
Alliance (TAG) : MG-A
Date d'inscription : 31/05/2008

MessageSujet: Le roman d'Elijah ( et oui , j'ose le mot roman ! mais soyez indulgent please !!)   Ven 27 Juin - 22:48

Voici l'objet du délit, qui pour certains, sera l'objet du dénit !! En tout cas, j'espère que cela vous plaira mes chers compagnons !


Ps: prière de ne pas utiliser en flood, il y a toujours Moi... Elijha pour le faire, et dîtes moi ce que vous en pensez, sincèrement mes compagnons et amis, sinon cela ne sert à rien !!

Mizouki's édit : Merci de laisser les commentaires sur le topic de présentation d'Elijah pour plus de clarté dans le roman.Voilà maintenant vous êtes au courant et je supprime au besoin, merci de votre compréhension^^


Dernière édition par Elijah Baley le Ven 27 Juin - 23:11, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dark Night
Modérateur général
Modérateur général
avatar

Masculin
Nombre de messages : 4235
Age : 43
Localisation : Béziers
Alliance (TAG) : MG-A
Date d'inscription : 31/05/2008

MessageSujet: Re: Le roman d'Elijah ( et oui , j'ose le mot roman ! mais soyez indulgent please !!)   Ven 27 Juin - 22:54

Voilà mes amis...
J'ai fais un petit texte pour notre amie Shyliii sur son forum, mais je le trouve tellement sympa que je vous le mets aussi ici, dans ma présentation, après tout, c'est moi aussi... Bonne lecture à vous, et dîtes moi si celà vous à plu !!!

Titres : Les minets ....


Le Journal des Sciences

Découverte d'un texte, et synthèse du Professeur Dessilus Mortimer dans la pyramide de Nefertari

Je mets à la disposition de mes chers confrères le texte si dessous, découvert par mon équipe dans le sépulcre de la Reine Nefertari, et qui, à ce jour n'avait jamais été fouillé en profondeur.
Ce texte à été authentifié au carbone quatorze, ce qui nous permet de situer sa date au treizième siècle avant Jésus-Christ d'une manière générale et pour être plus précis, durant le règne de Ramsès II et de Nefertari.
Vous constaterez d'ailleurs qu'aucun anacromisme ne vient contredire la pensée de celui qui à écrit ce message, et que celui-ci ne laisse plâner aucun doute sur le devenir de la race humaine, puisque à son corp défendant, il n'a pu rentrer en son époque.
Je vous laisse le soin de vous faire votre propre opinion sur ce texte, et je remercie le directeur du "journal des Sciences" d'avoir pris le risque de le faire paraître, contre la volonté des services secrets des pays membres de l'OTAN.



Je me nomme Loctabis Demenos, et si vous lisez cette missive, c'est que je suis mort, et que les chats m'ont tué pour protèger leur terrible secret, à nous les hommes...

Beaucoup de gens aiment les chats, pour diverses raisons, qui bien souvent ne sont pas les mêmes pour les uns et les autres... Ainsi certains les aiment pour la douceur de leurs poils, d'autres pour leur caractère d'indépendance, d'autres encore vous diront qu'ils ont des yeux magnifiques ou bien encore, qu'ils sont des chasseurs fabuleux... La liste est longue et n'est certes pas exaustive.
Jusqu'à aujourdhui, je les trouvais moi-même très agréable à voir en photos (nous n'avons plus de chats vivant à notre époque ! ), en tout cas, je les trouvaient très jolis à regarder !
Il faut que je vous explique, nous sommes à une ère ou la technologie et la science a passablement évoluée. Nous avons conquis l'espace, avons été jusqu'aux étoiles les plus lointaines et avons su en revenir avec des trésors que vous ne soupconnez pas. Surtout, nous avons découvert comment courber l'espace-temps, et la technique pour y parvenir n'a plus de secret pour nous.
Toutefois, si nous avons pu comprendre de quel bois sont fait les hommes, et que nous exploitons les ressources de notre esprit qui jusqu'à ce jour, vous restaient inaccessible, ils nous reste beaucoup de domaines inexplorés et que, de fait, nous n'avons pas encore exploité. Car si nous savons voyager dans le temps au passé, nous ne sommes pas en mesure de voir et visiter l'avenir pour en tirer profit.
Mais ce qui m'inquiète le plus surtout aujourd'hui, c'est que personne de mon temps ne soit venu me chercher, car il est peut-être déjà trop tard.... Donc, seule cette missive peut nous sauver tous !

Je tiens tout d'abord à vous dire que moi seul est fait cette maccabre découverte, moi seul donc suis un danger pour les chats et ils feront tous pour m'avoir j'en suis sûr ! Malheureusement, je n'ai pas été préparer a cette mission comme un soldat l'aurai été, je suis un scientifique du cosmo-temps comme nous l'appelons. C'est à dire que je vais durant un moment donné (parfois quelques secondes seulement ) dans le passé pour voir et comprendre certains aspect de nos cultures primitives et antiques, de nos cultures les plus diverses, dans le but d'en comprendre l'essence même diront-nous.
J'ai donc été envoyer pour une mission de deux heures seulement, pour comprendre pourquoi les hommes de l'égypte ancienne, vouaient un culte si considérable au chat, véritables êtres considérés de natures presques divines, et pourquoi cette quasi-religions était née en cette région en quelques semaines seulement, alors qu'avant cette époque, le chat n'était pas ou peu connu de l'homme, voir méprisé par lui, Tandis qu'aujourd'hui, plus aucun spécimens du chat ne soit encore vivant pour nous en donner une idée précise, une raison d'être de cette pensée unique en toute l'histoire de l'homme.
Je suis monté dans la machine temporelle en l'an 856 E.G à 12h56 au Méridien de Kappa de la Baleine... Soit à près de huit cent mille années-lumière de votre planète, donc je vous dois une explication... E.G. signifie Empire Galactique, et vous n'avez pas encore découvert Kappa de la Baleine, c'est une étoile qui est bien trop loin encore pour vos instruments (fouillé du côté de l'écliptique - si vous savez ce qu'est l'écliptique, sinon rappelez vous que l'espace est à trois dimensions sur le plan physique- et qu'il le sera encore pour vous pendant longtemps.
Donc, je suis monter dans la machine alors que les dernies préparatifs se terminait à la console, sous le regard du technicien de bord. Lorsque nous nous transportons dans le temps, nous faisons toujours en sorte de ne jamais apparaître devant des hommes, bien sûr, il nous est arrivé de nous tromper quelques fois, et si vous connaissez un peu votre histoire, vous savez que la zone 51 dans le désert du Névada de votre actuelle Amérique, est un des "exemples" de ces fameux ratés, après tout l'erreur est humaine comme on dit encore chez moi; bref, si nous évitons les hommes, nous n'avons toutefois jamais eus de craintes d'apparaître devant des animaux, car la signature corporelle ainsi que la structure osseuse est totalemment différente de la notre, et j'ai bien sur souvent été transporté devant beaucoup d'animaux qui s'enfuiaient craintivement à mon apparition... Mais pas cette fois !
Non, pas cette fois là ! J'apparut devant des chats autour des "restes" d'un homme, et qui communiquaient par télépathie, oui, aujourd'hui nous sommes télépathe, mais je dois faire vite et n'est pas le temps de tout vous expliqué, je suis toujours pourchassé....Je reprends donc la ou je me suis arrêté ! Le choc fût total pour moi, une seconde avant, j'avais mes croyances comme tous mes contemporains, et la seconde d'après j'étais projeté dans un univers totalement différent de celui-ci... La première chose qui me sauva, fût les tonneaux derrières lesquels j'apparût et qui me laissèrent quelques secondes de répit pour ammortire le choc de la découverte, la seconde fût que j'avais avec moi une lampe atomo-paralysante, que chacun d'entre nous emmene pour ce type de voyage ( on ne sait jamais, c'était jusqu'a ce jour une simple précaution !). Les chats me repérèrent quasiment tout de suite, leurs capacitées mentales plus que leurs odorats (mais je le compris par la suite )
Des chats qui parlent, et un hommes dévoré... Voilà ce que nous sommes mes amis, un garde-mangé pour les chats !
Depuis, j'ai réussi à en capturer certains, seul ils ne sont pas en mesure de me manipuler, et toutes leurs puissances téléphatique ne suffit pas pour me vaincre, en effet, j'utilise toute la force de mon esprit, et vous pas encore, c'est le troisième ingrédients auxquels je doivent mon salut. Je vous livre si dessous les éléments que j'ai receuilli :

- Leur griffes sont leurs outils principales, ils sécrètent une enzymes qui restreint nos capacités cérébrales, et engourdit notre esprit suffisament pour que nous tolérions leurs présences à nos cotés. Donc ne vous laisser plus griffer, vous n'avez aucun moyen de résister à leur poison.
- Ils ont un pouvoir hynotique (leurs yeux vous plaisent bien souvent ) très puissant qui combiner à leurs griffes sont des armes redoutable, malheureusement je n'ai pas encore de remède à vous proposer, il va vous falloir chercher, je suis uniquement résistant grace à mes capacitées cérébrales actuelles !!
- Ne douter pas de la justesse de ce que vous lisez, c'est la stricte vérité, vous devez vous en souvenir et avertir les gens, car si nous sommes seul, ils sont efficaces, mais j'ai remarqué que lorsque nous sommes en groupes - en tout cas à l'antiquité égyptienne, ces remarque sont valables- la puissance de leurs pouvoir s'éffrite, ils semblerais qu'ils ne sont pas encore assez nombreux sur Terre pour nous contrôler tous ensembles.
-Enfin, le salut existe à ma connaissance, nous l'avons déjà fait ! Il nous faut nous libérer de la Terre pour créer l'Empire Galactique que je connais, car si nous nous l'avons oublié et que cette page de notre histoire ne fait plus partit de notre savoir collectif, c'est que nous avons vaincu... Du moins, je l'espère !


Voilà, je dois fuir car ils me suivent à la trace, mais vous savez tout maintenant, et c'est à votre génération de livrer le combat pour le salut de la race humaine.... Vous devez vaincre !! Je compte sur vous car je dois exister pour revenir à nouveau nous sauver tous... Bonne chance à vous mes enfants !!

Loctabis Demenos.


Dernière édition par Elijah Baley le Mer 2 Juil - 20:47, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dark Night
Modérateur général
Modérateur général
avatar

Masculin
Nombre de messages : 4235
Age : 43
Localisation : Béziers
Alliance (TAG) : MG-A
Date d'inscription : 31/05/2008

MessageSujet: Re: Le roman d'Elijah ( et oui , j'ose le mot roman ! mais soyez indulgent please !!)   Ven 27 Juin - 22:56

Titre:
Les minets... ( 2ème partie )

Quelque part dans l'antiquité égyptienne, en l'an 1309 avant Jésus-Christ...


Le soleil se couchait sur une mer belle et calme.... Jusqu'à présent, il avait réussi à leurs échapper, il ne devait pas faiblir, sinon s'en serait fini de l'homme en tant que race !
Je dois trouver une idée, une chose qui ne doit pas bouleversée le temps, ne surtout rien changer à l'ordre des choses, c'est capital ! cela fait maintenant près de deux jours que je cours pour échapper à ces créatures malfaisantes, je ne peux donc compter pour le moment que sur moi. Et puis d'abord j'ai faim, je dois me restaurer et trouver un endroit sûr ou passer la nuit, c'est avant tout une priorité si je tiens à rester en vie.

Loctabis s'avança vers une maison chichement éclairer par une lampe à pétrole- étonnant se dit-il comme nous avons pu faire du chemin en vingt mille ans d'évolution...- et tandis qu'il s'approchais de la porte, une femme ouvrit celle-ci et ce retourna pour parler à quelqu'un encore à l'intérieur de la maison, tout en restant dans l'embrasure de la porte, et ne remarqua pas Loctabis qu'un court instant plus tard. Elle fût tout d'abord surprise par la haute taille de l'homme et par son port plein d'aisance et très musculeux; il n'avait rien de ressemblant avec les hommes de la région avec son tein blanc et ses cheveux blonds, se qui trahissait la caractéristique physique des hommes de sa région planétaire, mais qiu pour cette femme le faisait paraître incontestablement comme un étranger... Loctabis qui avant de partir avait pris les cours d'apprentissage de la langue égyptienne, en préparation de ce voyage, s'éssaya à cette langue et connu l'appréhenssion de le faire alors que rien ne l'avait préparé comme il convenait pour cette mission... Qui maintenant était plus qu'une mission mais une question de survie pour lui et le genre humain dans son ensemble :

- " Bonsoir Madame, n'aillé aucune crainte je vous prie, je ne suis qu'un humble voyageur venant de terres lointaines, par delà Constantinople, et je cherche le gîte et le couvert pour la nuit, auriez-vous la gentillesse de m'indiquer un endroit ou je puis trouver bonne fortune ? "

La femme, toujours sur la défensive, le regarda encore plus surprise que précédamment, son accent n'avait absolument rien d'un voyageur, et l'homme respirait l'argent, car sa tenue, bien que quelque peu froissé, représentait une sacré sommes, même pour les notables les plus aisés de la ville...
-" Bonsoir Nôble voyageur, je pense que tu trouveras ce que tu cherches à l'Auberge de Saïd el Ali, elle est à deux rues d'ici sur ta droite."

Loctabis se tourna vers la direction que lui indiquait son interlocutrice, fit deux pas et s'arrrêta de nouveau...Hésita et dit :

-" C'est que ce soir Madame, je cherche plus l'aumône que le lieu... Et plus encore le couvert que le gîte, pouvez-vous me venir en aide s'il vous plais ? "

La femme de plus en plus intriguée le regarda un peu plus attentivement que la fois précédante, et constata combien cet homme sans age avait l'air fatigué et les traits tirés, il était à bout de force et le sac qu'il portait à son côté glissant constamment,témoignait de la fatigue accumulée tant il lui semblait de plus en plus lourd à porter pour lui.

Après un instant qui parut une éternité à Loctabis, la femme se tourna sans mot dire vers la porte qu'elle ouvrit toute grande et s'écarta de l'entrée en lui faisant signe d'entrer. Loctabis se pencha en avant en un geste de remerciement qui lui sembla des plus approprié, et entra dans la pénombre de la demeure minuscule ou était assis un homme, et deux enfants, ainsi qu'une jeune femme à l'extraordinaire beauté, tous levèrent les yeux vers lui, et l'homme se leva de sa chaise avec un regard surpris, et aperçu sa femme juste derrière cet homme à la stature de colosse...

- Levez vous les enfants, je nous amène un invité de marque !
- De qui s'agit-il ? lui demanda son mari
- Et bien tu te rappel de cette fois ou tu étais en mer et que j'ai eu un problème au marché avec des soldats de Pharaons, et bien c'est cet homme qui est venu à mon aide !
C'était un mensonge bien sûr et celui-ci surpris vivement Loctabis... Dans son époque, plus personne ne mentait, c'était une chose dont l'homme avait pu se débarrasser en même temps que se développait ses capacités cérébrales et la Thélépathie, c'était pour lui une chose inconnu, car il ressentait le trouble du mari, la curiosité des enfants, le plaisir qu'épprouvait la femme à faire ce mensonge, et plus que tout, il était baigné dans les éfluves des pensées de la jeune femme à son égard, et elle le fixait comme le plus beau des trésors, tandis que lui ne voyait plus qu'elle dans la faible lueur des lampes de cette unique salle pour demeure...

Ils avaient mangés, il avait pu boire et satisfait la curiosité des enfants tout comme celle du mari de Rachida ( le nom de son Hôte ), Ahmed avait servi des boissons chaudes avec des feuilles qu'il ne reconnut pas en fin de repas, mais il lui avait semblé qu'il aurait été discourtois de refuser alors qu'il avait été si gentil avec lui, et durant ces quelques heures avec eux, il avait oublié tout ses problèmes et n'avait plus été que le scientifique qu'il était dans son monde, il avait une chance unique de faire la découverte de cette culture si ancienne de la sienne, peut-être la ou la sienne à même commencé à naître.

Il était arrivé à la conclusion qu'il n'était pas ici pour rien, il fallait qu'il fasse quelque chose en ce lieu pour que son monde puisse exister, mais il ne savait pas encore quoi pour le moment... En tout cas, la maison était bien fermée et nul doute que les chats n'arriveraient pas à passer sans faire du bruit et le réveiller le cas échéant, il allait pouvoir se reposer et réfléchir plus facilement dès demain, il fallait à tout prix qu'il trouve quoi faire, il fallait qu'il agisse car il était évident que le salut ne viendrait certe pas des hommes de son temps, sa venu en ces lieu avait créé une boucle temporelle, et son temps n'existait plus,pour le moment, il était seul.

Allongé sur sa couche de paille, Loctabis senti l'esprit de la jeune femme se reveiller, elle avait rêvée cette nuit, des émotions fugasses lui était parvenues par vagues, et il s'était laissé aller à les ressentirs le plus simplement du monde. Elle avait un esprit clair, honnête, et lisse de toute malvaillance, c'était une chose qu'il n'avait jamais connu, même dans son monde, un esprit saint ! Elle l'avait regardé avec une curiosité mèlé d'un certain plaisir toute la soirée, et avait encore pensée à lui sur sa couche, il avait appris son nom, Nadia, et lui ausi l'avait beaucoup regardé durant le repas, sa mère l'avait vu et n'avait dit mot, son père, une fois sa curiosité assouvi suite au mensonge de sa femme, était repartit dans un mutisme qui semblait être sa nature profonde de ce qu'avait pour découvrir Loctabis.

Mais il était temps pour lui de se lever, il devait partir avant que les chats ne le retrouve, si il restait plus longtemps ici, il les mettaient tous en danger de mort. Tandis qu'il se préparait, il entendit Nadia se lever à son tour, et le regarda en souriant. Qu'elle est belle se dit encore Loctabis, et, alors qu'il s'apprêtait à lui rendre son sourire, la première attaque des chats arriva, et, si elle le pris totalement au dépourvu,ce fut surtout la soudaineté et la direction de cette attaque qui le paralysa en un instant, l'attaque lui arracha un cri de douleur, et il bascula sur l'avant, dans les bras de Nadia....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dark Night
Modérateur général
Modérateur général
avatar

Masculin
Nombre de messages : 4235
Age : 43
Localisation : Béziers
Alliance (TAG) : MG-A
Date d'inscription : 31/05/2008

MessageSujet: Re: Le roman d'Elijah ( et oui , j'ose le mot roman ! mais soyez indulgent please !!)   Ven 27 Juin - 22:57

Les minets (3 ème partie )

Les chats avaient envahit le toit de la maison, les arbres tout autour de celle-ci, prirent possession de la ruelle et éloignèrent progressivement les passants et les habitants, grâces à leurs facultées mentales,ils souhaitaient être seul dans ce secteur de la ville pour ne plus avoir qu'à s'occuper de cet homme qui résistait à leur pouvoirs. Mais ils allaient, le tuer, puis le dévorer et ce nourrir de son coeur et de ses chairs pour laver l'affront....

Loctabis, s'en voulu de sa négligeance, il avait trop axé son esprit sur celui de la jeune fille ( qui n'avait d'égale que sa splendide beauté physique), il aurait du être plus attentif, laisser son esprit ouvert à la vie derrière la porte de cette maison, car de cette façon, il aurait senti les chats arriver et commencer à le cerner de toute part, il était certain que la situation aurait été bien moins difficile que ce qu'elle était maintenant. Il sentait qu'il en arrivait de toute part, il poussa ses défences mentale loin de la maison, tout autour de cet ilot de défence que représentait cette si petite demeure familiale, pour s'apercevoir que d'autres arrivaient encore, ils étaient au moins une quarantaine, peut-être plus encore...

- " J'ai été stupide se dit-t'il et je vais en payer le prix !"

Nadia, totalement surprise par la situation, fît ce que toute femme pouvait faire dans ce genre de cas, elle essaya de retenir Loctabis par les aisselles tant bien que mal tandis qu'il tombait vers elle, et , mi-tirant mi-poussant , elle le retourna sur le dos.
Il avait le visage grimaçant de douleur et avait quasiment perdu connaissance, ne sachant que faire, elle prit la cruche d'eau fraîche que sa mère avait tirée du puit quelques instant plus tôt dans la matinée, , elle glissa ses jambes en dessous de sa tête, et tampona le front et les joues de Loctabis avec le linge humide qu'elle venait de déchirer de sa tunique.

Loctabis, totalement étourdi , cherchait à résister aux assauts répétés au porte de son esprit par les chats, ils étaient venus en masse, et si à leur première rencontre, il avait eu l'effet de surprise à son avantage, cette fois, c'était les chats qui avait pris le dessus. Ils avaient appris et ils s'étaient adaptés à ce nouvel adversaire, qui avait su paralysé trois de leur congénères en un éclair de son " bâton de lumière" seul un d'entre eux avait réussir à s'enfuir par un proche soupiraille, et avait rejoint la tanière. Cet homme, avait t'il expliqué, avait démontré une certaine résistance à leurs attaques psychologiques, ce qui n'était jamais arrivé encore... Mais maintenant, ils le tenaient, et ils allaient le rendre inopérant, tout rentrerai à nouveau en ordre, ils pourraient de nouveau reprendre leur chasse, conserver leur assendant sur cette planète nourissière, et vivre encore longtemps des faiblesses de l'homme.

L'homme cherchait son souffle, il sentait les tentacules mentales de ses adversaires, pénétrer, son esprit, couche après couche, vague aprés vague, sa résistance faiblissait, et il n'était plus que douleur, les larmes glissaient de ses yeux tant celle-ci était intense, et le noir fondait sur son cerveau, l'inconscience allait le gagner, déjà, ses ripostes mentales étaient moins violentes, et ses propres tentacules cérébrales étaient plus rigides, plus fragiles, et moins vives. Les chats le submergeais, à peine en avait-il repoussé un, que deux venaient le remplacer, son cerveau était en ébulission...
Soudain, il sentit l'esprit de la femme alongée à ses côtés. La parfaite sysmétrie de son cerveau, la puissance et la force qu'il pouvait en tirer le ramena bien plus que les caresses qu'elle semblait lui prodiguer, une force mentale fénoménale, au moins égale à la sienne, cela tenait de l'aubaine, tout n'était donc pas perdu, il prit assise dans le cerveau de Nadia qui vint se mêler à la bagare, et en un instant, la douleur se fît moins dense. Il sentit les tentacules mentales de ses adversaires reculer, leur emprise un instant plus tôt si présente se fissura, et la souffrance décrue encore un peu plus...
Son cerveau dans un sursaut inconscient, avait pris possession de celui de la jeune femme, qui avait agit comme un catalyseur, il avait d'abord remplacé son propre cerveau épuisé puis pour finir, avait renforcé ses propres attaques.
S'il ne s'était sagit du cerveau d'une autre personne que celui de Nadia, nul doute que la chose aurait été impossible, mais en la circonstance, elle était son meilleur outil, sa meilleure arme.
Il put se dégager de l'emprise des chats, déjà, il se sentait plus fort de seconde en seconde, et les chats battaient en retraite, certains même étaient déjà mort, car cette fois ci, il projetait ses pouvoirs mentaux de toutes ses forces encore disponibles. Certaines de ces terribles créatures commencèrent à douter, et Loctabis renforça le désaroi qui s'emparrait d'elles en exerçant ce qui pour nous serait l'équivalent d'une pichenette, il renforça graduellement leur détresse mentale , les uns après les autres, ils cédèrent et s'enfuirent, suivit par d'autres au fur et à mesure qu'il s'emparait de leurs pensées et de leurs émotions, et qu'il les retournaient vers eux en une arme implacable... La peur de perdre fini par l'emporter chez les chats, qui battirent en retraite en gesticulant et crachant sans demander leur reste.

Tout cela s'était déroulé en quelques secondes entre le moment ou il était tombé dans les bras de Nadia, et le moment ou il avait réagis et exploité le cerveau de son hôte. Celle-ci se tenait à son tour la tête qui dodelinait, et échappa à son tour au vertige qui la gagnait tandis que Loctabis se retirait de son esprit...

Ils, se regardèrent un moment tous les deux, le regard de nadia était pleins d'incompréhension, tandis que celui de Loctabis trahissait la tension qu'il venat de traverser.

- " Le pionts se mettent en place se dit-t'il,la partie ne fait que commencer...."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dark Night
Modérateur général
Modérateur général
avatar

Masculin
Nombre de messages : 4235
Age : 43
Localisation : Béziers
Alliance (TAG) : MG-A
Date d'inscription : 31/05/2008

MessageSujet: Re: Le roman d'Elijah ( et oui , j'ose le mot roman ! mais soyez indulgent please !!)   Ven 27 Juin - 22:58

Les minets... (4 ème parties )



Lieu : Paris- Musée du Louvre, Jeudi 26 Juin 2008....



Le professeur Dessilus Mortimer, sortait de la conférence et saluait les différents participants encore présent tout autour de lui. Il était satisfait de sa prestation et n'éprouvait aucun regret d'avoir outre-passé les instructions du conseil de sécurité de l'OTAN.

- "Les gens doivent savoir, se disait-t'il, il faut qu'ils soient informés de cette découverte majeure, c'est une avancée exceptionnelle pour la vie de l'homme, nous allons enfin nous débarrasser de nos vieilles querelles et pouvoir passer à autre chose. Un nouveau but nous attend, et l'homme ne sera plus jamais cette brûte incomprit des siens".

Il était maintenant sur le parvis du Louvre et héla un taxi garé quelques mètres en amont, le taxi s'avança pour se rendre à sa hauteur, et baissa sa vitre:
- Taxi M'sieur ? Vous al!ez où ?
- à l'aéroport de Charles de Gaulle s'il vous plais, j'ai un avion à prendre.
- Pas de bagage avec vous M'sieur ?
- Non, j'ai des assitants qui m'attendent sur place, et qui ont déjà mes effets personnels.
- Très bien M'sieur... Monter je vous prie !

Dessilus monta dans la voiture, et le chauffeur se mit en route... Il sortit son calepin, et inscrivit quelques notes sur les personnes qu'il avait rencontrés à ce colloque. Il avait vraiment bien avancé aujourd'hui, et si Paris avait été la premierère sur la liste à le recevoir, de nombreux musées le réclamait aujourd'hui partout dans le monde pour présenter sa découverte. Il devait beaucoup à Stephen Attelhim, le directeur du Journal des Sciences en france , et dont il était aussi le rédacteurs en chef. Il avait accepté de prendre le risque de publier sa thèse contre l'avis de tous et des actionnaires principaux notamment, bien que aujourd'hui, avec les ventes que rapportait le journal suite à sa publication, plus un seul d'entre eux ne se plaigna encore.

- " Il est vraiment un ami précieux, sans lui, je n'aurai rien pu faire" se dit t'il dans un accès de pur altruïsme.

Il marqua dans son calepin noir : pensé à envoyer des fleurs à la femme de Stephen accompagnées d'une lettre de remerciement pour lui ! puis il referma celui-ci, et le posa sur la banquette.

Oui, vraiment il était content de lui. Les questions pendant le séminaire avaient apportées de nombreuses choses positives. Anisi, il avait reçu trois demandes de plus, d'éminents scientifiques, qui souhaitaient se pencher sur le " fameux courrier ". Le déchiffrage de celui-ci lui avait au tout début de sa découverte, paru quasiment insondable, certains mots avaient même été plus "devinés" que réellement traduit, un language tirant sur un mélange de langue, allant de l'anglais à l'espagnol, du suédois aussi, ainsi que de l'indien. Un véritable patchwoork de langues toutes aussi imcompréhensibles les unes des autres en temps normale, et qui c'étaient retrouvées brassées par des mélanges de cultures difficilements cernables pour qui n'a pas connu leurs évolutions !
Cela aussi le confortait dans sa croyance en cette lettre... Ansi, si les hommes avaient migréés sur d'autres planètes que la Terre, il était tout à fait probable que les cultures se brassèrent aussi et que les langues fassent de même. Les frontières étaient ainsi peut-être pas bannies mais bien plus souples car alors, les hommes n'étaient plus tout à fait suédois, ou anglais, mais bien un mélange des deux, et bien sûr, ce mélanges en rencontrait d'autres encore. Peut-être les hommes avaient - t'ils vécu là, la meilleures des évolutions possibles et avaient-t'ils apprit le respect les uns des autres...

Il pensa à cet homme, Loctabis. Qui était-il vraiment ? Qu'était -il venu faire en ce lieu et en ce temps si reculé de sa fameuse période Galactique ? Et pourquoi il n'était pas retourné dans celui-ci ? Serait-ce la théorie du chaos qui serait- en cause ? Celle qui dit que tout changement produit dans le passé créerait une sorte d'onde qui si difuserai sur le temps, comme une goûte d'eau qui tombant dans une marre fasse des ondulation à sa surface jusqu'a ce que ses effets soit si faible qu'il se dissipe sur l'échelle du temps, mais occasionnant des dégats considérables avant cela... Tant de questions sans réponses et pourtant, quel plaisir de partir dans cette quête fantastique d'un homme dans l'antiquité et qui ne faisait pas partie de ce monde. Que lui restait-t'il à découvrir encore?

La voiture circulait maintenant sur les boulevards périphériques et gagnait tranquillement sa vitesse de croisière.

Dessilus était épuisé. Il était passé de son bureau d'archéologue, à un statut de politicien-archéo-diplomate-psychologue, en quelques mois seulements- il fallait au moins toutes ces qualitées pour contenir tous le monde autour de ce fabuleux projet - et ne restait jamais plus que quelques jours dans une ville, si grande et belle soit- elle. Anisi, deux jours avant était-il à Rome, et qu'aujourd'hui, il partait pour Londres où il était attendu de certains conservateurs de musées spécialisés sur l'Egyte ancienne, et plus particuliairement sur la période du règne de Ramsès II. Il voulait savoir si d'autres éléments pouvaient être réuni pour étoffer sa " découverte originale " comme avait titré un journal Parisien du jour.

"- Pauvre Ernesto Schiaparelli " se dit Dessilus.

Ernesto avait découvert la sépulture de la Reine Néfertari en 1904, et avait fouillé celle-ci en prenant bien soin de ne rien abimer. La tombe avait déjà maleureusement déjà été pillée, et si il n'en restait pas grand chose, cela ne voulait pas dire que " peu " signifiait " rien" . Et ce presque rien, c'était lui qui l'avait découvert, et cela plus que le reste allait maintenant être plus connu que la découverte de la tombe de Nefertari par Enesto Schiaparelli en elle même !

- Pauvre, pauvre Ernesto, je te vole la vedette...!

Le balancement de la voiture de taxi, berçait doucement Dessilus qui se laissa gagné par le sommeil, le chauffeur le réveillerait bien assez tôt une fois arrivé à l'aéroport, et Tandis que Dessilus se mettait à ronfler doucement, le chauffeur jetait de temps à autre, des regard dans son rétro-viseur, le reste du chemin se fît en silence jusqu'à l'aéroport Charles de Gaulle

La voiture arriva enfin à l'aéroport et le chauffeur s'arrêta au bord du trottoir, près du dépose minute passagé, et il annonça!

- Cela vous fait 27,euros 60 M'sieur...

Pas de réponse... Le chauffeur se retourna, mais le siège était vide de tout passager, seul restait sur la banquette un petit calepin noir en cuir, dernier témoin de la présence de l'homme qui était là un instant plutôt...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le roman d'Elijah ( et oui , j'ose le mot roman ! mais soyez indulgent please !!)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le roman d'Elijah ( et oui , j'ose le mot roman ! mais soyez indulgent please !!)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» History of the Roman Empire - UGG
» Le Roman de Renart
» Traducteur français-anglais ? (pour un roman)
» Carthage, Rise of the Roman Republic - GMT
» Mailou tel de roman (ou sa copine) ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Spartans :: Place Publique :: Place des Orateurs-
Sauter vers: